Anticoagulants oraux d'action directe | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Anticoagulants oraux d'action directe
Raphaël Le Mao, Cécile Tromeur, Aicha Fofana, Christophe Leroyer, Karine Lacut, Francis Couturaud le 30-05-18

Anticoagulants. Grâce à leur facilité d'utilisation et à un moindre risque hémorragique, les indications des anticoagulants oraux d'action directe se sont beaucoup étendues. Pour autant, la surveillance des patients traités doit rester rigoureuse.

L'Agence de sécurité du médicament et des produits de santé estimait à 1,49 million le nombre de patients sous anticoagulants oraux en France en 2013. Les anticoagulants sont essentiels dans la prise en charge des pathologies cardiovasculaires thrombotiques, avec un rapport bénéfice-risque étroit et un risque hémorragique significatif.
Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont la première cause d'hospitalisation d'origine iatrogène en France et on dénombre 5 000 à 6 000 accidents hémorragiques mortels par an. La nécessité d'une surveillance biologique, les nombreuses interactions médicamenteuses et alimentaires, les ajustements en cas de modification des coprescriptions, un indice thérapeutique étroit sont autant de difficultés liées à leur usage. Les AVK ont un effet procoagulant dans les premières heures d'utilisation et un délai avant un effet antithrombotique de 3 à 6 jours. Ils ont en revanche l'avantage d'avoir un antidote (la vitamine K) peu onéreux, actif en 6 heures, mais d'efficacité discutable.
Les héparines non fractionnées (HNF) et les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont des anticoagulants indirects utilisés depuis plusieurs décennies. Les HNF ont une activité anti-Xa et anti-IIa équivalente, tandis que les HBPM ont une activité anti-Xa prédominante. Ces médicaments nécessitent une adaptation posologique individuelle, ne sont disponibles que sous forme injectable, sont d'origine animale et ont un risque de thrombopénie induite par l'héparine et d'ostéoporose. Le fondaparinux, inhibiteur sélectif synthétique de l'activité anti-Xa, a été développé plus récemment, avec l'avantage d'une dose fixe et l'absence de risque de thrombopénie induite.
Les anticoagulants oraux d'action directe (AOD) sont une alternative à la fois aux anticoagulants…