Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Apnées du sommeil de l'enfant
Nicolas Leboulanger le 23-07-18

L'adéno-amygdalectomie est le traitement de référence mais son efficacité est moyenne.

Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS), survenue nocturne d'épisodes récurrents d'occlusion partielle (hypopnée) ou complète (apnée) des voies aériennes supérieures (VAS), atteindrait entre 0,5 et 3 % de la population pédiatrique (de 2 à 5 ans) selon les études. Le ronflement simple, sans gravité, serait plus fréquent : jusqu'à 6 %.
Rôle du praticien : savoir les différencier, discerner les facteurs de risque, demander un bilan si nécessaire et orienter vers une structure permettant une prise en charge adaptée.
Le diagnostic est essentiellement clinique (tableau) fondé sur l'anamnèse et l'examen somatique. La nasofibroscopie précise le volume des végétations, la position du voile et des amygdales, la mobilité et l'aspect laryngé, la taille de la base de la langue, les mouvements de déglutition et de phonation.

Étiologie
C'est une hypertrophie des amygdales et/ ou des végétations dans la très grande majorité des cas. La première est en général cotée de 0 à 4 ;
– 0 : amygdales entièrement dans la loge ;
– 1 : petites, elles laissent apercevoir le pilier postérieur du voile, prenant moins de 25 % de l'espace ;
– 2 : elles en occupent entre 25 et 50 % ;
– 3 : entre 50 et 75 % ;
– 4 : amygdales jointives ou quasi jointives.
L'hypertrophie des végétations adénoïdes, seule ou associée, est objectivée quand c'est nécessaire via une fibroscopie du cavum par voie nasale, réalisable à tout âge quand on dispose du matériel adapté.
L'obstruction pharyngée, haute, peut se conjuguer avec d'autres facteurs plus ou moins fréquents…