Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Applis santé en diabétologie
Michael Joubert le 23-07-18

Un marché en croissance exponentielle...

Les ventes annuelles mondiales de smartphones se comptent par millions, ces dispositifs équipant un pourcentage croissant d'individus dans le monde. Ainsi, en 2012, il était estimé que plus de 45 % de la population nordaméricaine détenait un smartphone, ce taux étant appelé à croître fortement. La tendance est la même en France. Les principaux systèmes d'exploitation de ces smartphones proposent des centaines de milliers d'applications téléchargeables sur leurs plateformes commerciales. Des milliers sont dédiées à la santé et constituent la m-santé (santé mobile). Celle-ci, comme la e-santé en général, se développe de façon anarchique, sans cadre réglementaire ni validation des contenus. Des applications m-santé ont bien sûr été créées pour le diabète et suscitent l'intérêt des patients et des soignants. Parmi elles, il faut bien différencier celles en accès libre (gratuites ou payantes), de celles qui sont adossées à un programme de télémédecine. Nous nous limiterons dans cet article au champ des applications en accès libre.
Selon une récente enquête, 60 % des diabétiques de type 2 souhaitent utiliser des applications dédiées pour mieux gérer leur maladie, et 65 % d'entre eux sont en outre confiants vis-à-vis de ce type de support. En revanche, les professionnels de santé sont plutôt réticents à conseiller ces outils à leur patient.
Les freins sont multiples : efficacité faible ou non démontrée, absence de validation des contenus, ou encore méconnaissance de l'offre disponible. Pourtant, ces dernières années, quelques applications ont fait l'objet d'une évaluation donnant des résultats positifs encourageants. Plusieurs méta-analyses et revues systématiques ont dernièrement colligé les études cliniques interventionnelles les concernant.
Cependant, peu de ces solutions "validées" sont disponibles en français, laissant patients et médecins francophones face à de nombreuses applications dont ils ignorent l'intérêt, la pertinence et la…