Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Asthme de l'adulte : bon et mauvais usage de la corticothérapie inhalée
Clairelyne Dupin, Camille Taillé le 20-01-19

Elle est essentielle au bon contrôle de l'asthme, mais son efficacité se heurte à un certain nombre de difficultés. Retour sur les principaux écueils rencontrés et les bonnes pratiques d'utilisation de la corticothérapie inhalée.

La corticothérapie inhalée est le pilier central du traitement de fond de l'asthme et a démontré son efficacité dans le contrôle de la maladie, la réduction des exacerbations, et la baisse de la mortalité. Bien que banal, le traitement peut être mal prescrit par le médecin, mal compris et mal utilisé par le patient, ce qui contribue à une faible efficacité et au contrôle globalement insuffisant de l'asthme en France (25 à 38 % des 4 millions d'asthmatiques en France ont une maladie non contrôlée selon l'Assurance maladie).

Les corticoïdes inhalés seuls sont la première ligne du traitement de fond
L'asthme est une maladie inflammatoire chronique, majoritairement de type Th2 et donc corticosensible dans l'immense majorité des cas. En effet, les lymphocytes T résidant dans la muqueuse bronchique des asthmatiques sécrètent des cytokines dites "Th2" (interleukines 5, 4 et 13) qui entraînent et pérennisent une inflammation locale via notamment le recrutement d'éosinophiles. Ceuxci peuvent être mis en évidence en pratique clinique sur l'expectoration induite ou le lavage bronchoalvéolaire. La corticothérapie inhalée est donc le traitement principal pour réduire le risque d'exacerbations et permettre un bon contrôle de la maladie.
La variabilité du contrôle de l'asthme dans la vie du patient asthmatique amène à un ajustement constant du traitement de fond à la dose minimale efficace. L'approche se fait en 5 paliers ascendants ou descendants selon les symptômes (v. figure). L'initiation d'un traitement de fond doit se faire par des corticostéroïdes inhalés à faible dose. Si le contrôle, évalué idéalement par un score chiffré, reste insuffisant, on ajoute un traitement par bronchodilatateur de longue durée d'action, de préférence dans le même dispositif (association fixe), en gardant la même dose de…