Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Auto- et hétéro-évaluation des effets indésirables des traitements du cancer
Mario Di Palma le 10-02-19

L'évaluation complémentaire par le patient, grâce à des outils dédiés, améliore le pronostic.

Pour des raisons de clarté, nous nous focaliserons sur les traitements médicamenteux du cancer, et cela bien que les problématiques posées après chirurgie ou radiothérapie soient proches.
Outre la mise au point de nouveaux traitements plus efficaces, les progrès en cancérologie ont concerné aussi ces dernières années une meilleure tolérance des traitements.
Cela a été possible grâce à une meilleure connaissance des thérapeutiques anticancéreuses, mais aussi bien sûr, comme on le verra dans les autres articles de ce dossier, grâce au développement des soins de support. Néanmoins, l'indice thérapeutique des traitements du cancer, c'est-à-dire la marge entre efficacité et toxicité, reste très souvent étroit, d'où l'importance d'être capable d'évaluer à la fois le plus précisément possible l'efficacité de ces traitements et le bénéfice pour les patients.
Lorsqu'on considère l'efficacité des traitements, cela recouvre deux aspects. L'efficacité "objective", c'est-àdire mesurable de façon objective, comme par exemple la régression de la tumeur à la tomodensitométrie, la baisse du taux d'un marqueur ou la reprise d'un transit intestinal chez un patient ayant une carcinose péritonéale ; cela est souvent corrélé avec un bénéfice ressenti par le patient, mais ce n'est pas toujours le cas. Pour l'efficacité "subjective", il peut s'agir de l'amélioration de douleurs, en cas de métastases osseuses, par exemple, ou de l'amélioration d'une dyspnée.
Au final, le bénéfice effectivement perçu par le patient peut être défini comme la différence entre l'amélioration apportée par les traitements et leurs effets indésirables.
En ce qui concerne la mesure des toxicités, la réflexion est identique. Il y a des toxicités qui sont mesurables de façon objective, par exemple une thrombopénie ou une neutropénie, une toxicité cardiaque (objectivable par l'échographie, par exemple) et toutes les toxicités subjectives ressenties par le patient, comme la fatigue. L'hypertension artérielle est une toxicité qui est par définition…