Bases neurophysiologiques, mécanismes physiopathologiques d'une douleur aiguë et d'une douleur chronique | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Bases neurophysiologiques, mécanismes physiopathologiques d'une douleur aiguë et d'une douleur chronique
François Jedryka, Patrick Ginies le 10-05-18

OBJECTIFS :
RECONNAÎTRE et ÉVALUER une douleur aiguë et une douleur chronique (douleurs nociceptives, neuropathiques et dysfonctionnelles) chez l'adulte et la personne âgée/peu communicante.

La douleur est définie par l'Association internationale pour l'étude de la douleur (IASP) comme "une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite en ces termes". Cette définition associe donc à la dimension sensorielle de la douleur d'un patient des dimensions affectives, psychologiques et émotionnelles qui lui sont propres. C'est donc une expérience subjective, difficile à qualifier et quantifier car fondée sur le ressenti propre d'une personne. L'expression d'une plainte douloureuse ne doit jamais être minimisée par des professionnels de santé car ils risquent alors d'en sous-évaluer le retentissement sur la vie du patient.
L'entretien avec un patient douloureux a donc deux objectifs simultanés : faire un diagnostic précis de l'origine de la douleur et évaluer son retentissement physique, émotionnel ou fonctionnel sur la vie quotidienne du patient.
Une difficulté supplémentaire de cet entretien vient du fait que la douleur n'est pas toujours en lien avec une lésion tissulaire de l'organisme. Le système nerveux nociceptif repose en effet sur une architecture dynamique de transmission et de modulation de l'information jusqu'au cortex cérébral. La dysfonction d'une ou de plusieurs étapes de traitement de cette information sensorielle n'a donc pas forcément la même sémiologie. La bonne connaissance des bases neurophysiologiques de la douleur est donc un prérequis pour une bonne évaluation clinique de celle-ci…