Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Circonstances diagnostiques et formes cliniques du diabète de type 1
Etienne Larger, Marc Diedisheim, Xavier Donath, Léa Dehghani, Agnès Sola-Gazagnes le 11-07-18

Affirmer le diagnostic de diabète de type 1 et exclure les autres causes de diabète.

Le diabète de type 1 résulte de la destruction des cellules insulinosécrétrices (cellules ß) des îlots de Langerhans du pancréas par le système immunitaire. Dans le pancréas, cette destruction est spécifique des cellules ß, elle ne concerne pas les cellules α (glucagon) ni les autres cellules endocrines du pancréas, elle ne concerne pas le pancréas exocrine. Cette maladie du système immunitaire peut ne concerner que les cellules ß du pancréas, ou s'étendre à d'autres organes, principalement la thyroïde (maladie de Basedow, thyroïdite de Hashimoto), l'estomac (gastrite atrophique), l'intestin grêle (maladie coeliaque) et la peau (vitiligo), dans le contexte alors de la polyendocrinopathie auto-immune de type 2.
Épidémiologie : importance des facteurs d'environnement On estime que le diabète de type 1 représente un peu moins de 10 % des cas de diabète. Il peut se révéler à tout âge ; la moitié des cas surviennent avant la puberté, avec un pic entre 4 ans et la puberté, mais le diabète de type 1 peut aussi débuter après 60 ans et jusqu'à plus de 90 ans. À la différence de la plupart des maladies auto-immunes, le diabète de type 1 est légèrement plus fréquent chez les garçons que chez les filles. La maladie est beaucoup plus fréquente au nord de l'Europe qu'au sud, avec un record d'incidence en Finlande, plus de 60 nouveaux cas pour 100 000 individus par an chez l'enfant ; elle est rare en Asie et en Afrique, avec une incidence de 0,1 cas pour 100 000 par an. Mais les migrants des régions de faible prévalence acquièrent rapidement le risque des populations d'accueil. À l'intérieur de l'Europe, des anomalies sont frappantes : l'incidence du diabète est beaucoup plus faible en Russie ou dans les pays baltes qu'en Finlande, elle est élevée en Sardaigne. Les dernières décennies ont vu une augmentation considérable de l'incidence chez l'enfant, augmentation de l'ordre de 2 à 3 % par an, et l'apparition de cette maladie chez des enfants plus jeunes et dont le terrain génétique est moins caractéristique. Toutes ces données soulignent l'importance des facteurs d'environnement dans…