Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Complications des tatouages
Nicolas Kluger le 23-07-18

De fréquence inconnue, ce sont surtout des réactions d'hypersensibilité d'allure variée.

Le tatouage est l'introduction de pigments ou de colorants exogènes dans le derme, qu'il s'agisse d'un dessin ou d'un maquillage permanent (sourcils, cils, contours des lèvres). Hormis les regrets et les ratés, cette procédure n'est pas dénuée de risque. La fréquence des complications cutanées est mal connue car les patients négligent les symptômes mineurs, démangeaisons ou gonflements transitoires. Ils consultent uniquement pour une réaction sévère, invalidante (prurit…), persistante ou si les symptômes s'aggravent. Avec une prévalence croissante dans la population générale (17 % actuellement en France), on peut s'attendre à une augmentation du nombre de consultations pour ce motif.

Que dit la loi française ?
La législation régulant cette pratique est très variable selon les pays européens et les États américains. En France, aucune formation ou diplôme ne garantit les compétences du "professionnel". N'importe qui peut s'improviser tatoueur, en achetant du matériel et en ouvrant un studio. Il y en a plus de 1 500 en France, sans compter les clandestins exerçant à domicile (des kits sont disponibles via internet). La législation française reconnaît les "produits de tatouage". Leur définition (toute substance ou préparation colorante destinée, par effraction cutanée, à créer une marque sur les parties superficielles du corps humain) et les dispositions prévues pour leur fabrication ainsi que leur utilisation sont inscrites dans le code de la santé publique (loi du 9 août 2004).
Depuis 2008, un décret "fixant les conditions d'hygiène et de salubrité à respecter lors de la pratique du “ tatouage avec effraction cutanée (...)” et modifiant le code de la santé publique" est appliqué en France. Ces dispositions règlementent les techniques de tatouage par effraction cutanée, y compris le maquillage permanent et le perçage corporel (articles R.1311-1 à R.1311-13 ; articles R.1312-9 à R.1312-13). Elles incluent la déclaration des activités de tatouage, la formation des…