Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Distribution d'iode autour des centrales nucléaires
Bernard Le Guen le 23-05-18

Radioprotection. En cas de rejet radioactif lors d'un accident nucléaire, la stratégie de protection des populations vise à limiter l'exposition aux radiations à un niveau aussi faible que possible. La prise de comprimés d'iode en est une des mesures. Quelle est leur disponibilité pour la population de proximité ?

En phase d'urgence après un accident nucléaire, la stratégie de protection repose sur trois mesures principales, la mise à l'abri, la prise d'iode stable et l'évacuation ; ces mesures sont décidées par le préfet, en fonction de la situation et de son évolution. Par la suite, des restrictions alimentaires peuvent être nécessaires. Elles concernent notamment le lait frais et les fruits et légumes produits sur place, en zone contaminée.
Les comprimes dosés à 65 mg (soit 50 mg d'iodure) sont quadrisécables et solubles dans l'eau, le lait et les jus de fruits, et sont présentés en boîtes de 10 comprimés conditionnés sous blister. Il s'agit d'un médicament fabriqué par la Pharmacie centrale des armées, dont l'autorisation de mise sur le marché précise que toute personne en France peut se le procurer. La prise de comprimés d'iode stable, associée à la mise à l'abri, permet de protéger efficacement la thyroïde contre les effets de l'iode radioactif rejeté. L'administration d'iode stable empêche en effet la concentration des iodes radioactifs dans la thyroïde et prévient ainsi le risque de cancer de la thyroïde tel qu'il a été observé chez les enfants après l'accident nucléaire de Tchernobyl. Elle réduit ainsi l'irradiation de 98 % si cette prise a lieu dans l'heure qui précède l'exposition et 90 % si la prise se fait au moment de l'exposition. En France, le niveau d'intervention retenu par les pouvoirs publics est de 50 mSv à la thyroïde (dose estimée par calcul en fonction du rejet radioactif). Toute la population est concernée, mais les personnes à protéger prioritairement sont les enfants âgés de moins de 18 ans et les femmes enceintes ou qui allaitent. La posologie s'adapte en fonction de l'âge. Elle consiste pour un adulte…