Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Dossier PALUDISME D'IMPORTATION : QUOI DE NEUF ?
Olivier Bouchaud le 23-07-18

À évoquer devant toute fièvre au retour de zone tropicale.

Cette infection parasitaire est transmise essentiellement en Afrique subsaharienne. Elle reste une préoccupation pour le voyageur, en raison de sa relative fréquence et de sa gravité potentielle.. La Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), avec la Société de médecine des voyages et la Société française de parasitologie, publie environ tous les 10 ans des recommandations pour tenir compte des évolutions épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques. Les dernières datent de juin 2017, et ont été reprises en grande partie dans le dernier numéro du BEH (mai 2018).

INCIDENCE : EN BAISSE
La situation épidémiologique s'est améliorée en zone d'endémie grâce à des efforts considérables (meilleur accès à de nouveaux traitements plus efficaces, tests rapides permettant des diagnostics plus précoces, distribution de moustiquaires imprégnées d'insecticides, lutte antivectorielle, etc.) rendus possibles par un financement international conséquent sous la houlette de l'OMS (programme Roll Back Malaria).
Même si l'incidence est vraisemblablement sous-évaluée, la réduction du nombre de cas dans le monde sur les 15 dernières années est estimée à 41 %, avec une chute spectaculaire des décès (62 % au total et 71 % en Afrique). Cette baisse de mortalité s'explique par une prise en charge plus précoce des moins de 5 ans, qui sont particulièrement concernés par les formes graves (90 % des enfants mouraient avant d'avoir pu atteindre un centre de santé). Actuellement, le paludisme est endémique dans 91 pays (dont 43 en Afrique subsaharienne), avec plus de 200 millions de nouveaux cas et un peu moins de 500 000 décès par an. L'Afrique subsaharienne, et notamment la région forestière centrale (république démocratique du Congo, Nigeria…), est de très loin la plus touchée : 90 % de l'ensemble des cas mondiaux et 92 % des décès, dus pour l'essentiel à Plasmodium falciparum.
Ce bilan plutôt optimiste ne doit pas faire oublier que le paludisme est encore un problème de…