Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Esther Duflo : expérimenter sans relâche pour améliorer la vie des pauvres
Christian Baudelot le 20-11-19

Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel, communément surnommé "prix Nobel d'économie", a été attribué cette année à Esther Duflo. C'est une femme (la deuxième à recevoir cette distinction après Elinor Ostrom), elle est française (et américaine), elle est aussi le/la plus jeune économiste à avoir obtenu ce prix (46 ans).

Avant d'être l'une des plus brillantes économistes de sa génération, Esther Duflo est d'abord une femme de conviction. Née dans une famille protestante, d'un père mathématicien et d'une mère pédiatre, qui participe régulièrement à des actions humanitaires en tant que médecin, elle a été scoute et a participé très tôt à des activités au sein d'organisations non gouvernementales ou d'autres associations comme Les Restos du coeur. Cette fibre humanitaire et sociale l'a conduite très tôt à s'indigner de l'importance de la pauvreté dans le monde. C'est parce qu'elle a compris que l'économie pouvait donner les moyens de la réduire et d'améliorer le sort des plus démunis qu'elle s'est lancée dans l'étude de cette discipline. Du protestantisme, elle a aussi hérité de ce que le sociologue Max Weber a nommé l'éthique de la besogne. Son enthousiasme, sa capacité de travail et d'assimilation de nouvelles connaissances ont fortement impressionné tous les enseignants qui ont contribué à sa formation, en France et aux États-Unis. Aujourd'hui, ce sont encore 13 heures de travail quotidien, 7 jours sur 7…

Formation et carrière
Elle s'est formée à l'économie au département de sciences économiques et sociales de l'École normale supérieure. C'est dans ce cadre très pluridisciplinaire, où la sociologie, les enquêtes empiriques…