Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Évaluation clinique d'un patient atteint de psoriasis
Mathilde Kemula le 30-11-18

Retentissement des lésions et comorbidités guident les choix thérapeutiques.

Le psoriasis est une dermatose inflammatoire chronique très fréquente dont la prévalence augmente d'autant qu'on s'éloigne de l'Équateur, allant de 0,91 % aux États-Unis à 8,5 % en Norvège. En France, la prévalence du psoriasis a été estimée à 3,6 % de la population.
Le psoriasis ne pose en général pas de problème diagnostique, les plaques étant le plus souvent typiques, érythémato-squameuses, bien limitées, siégeant préférentiellement sur les zones "bastion" que sont les coudes et les genoux, le cuir chevelu, l'ombilic et les ongles.
Le psoriasis en goutte ou le psoriasis inversé des plis sont d'autres formes de psoriasis assez fréquentes.

Évaluer pour mieux traiter
Bien que le pronostic vital ne soit jamais engagé, la gravité de la maladie doit être soigneusement appréciée afin de définir au mieux avec le patient les objectifs thérapeutiques. En effet, la présence ou non d'un rhumatisme psoriasique et/ou de comorbidités telles qu'un syndrome métabolique va influencer la décision thérapeutique.
L'évaluation clinique d'un patient atteint est complexe car, comme pour toute dermatose affichante, ce n'est pas tant la quantité de surface corporelle atteinte que la "qualité" des zones atteintes qui importe pour le patient. Un psoriasis étendu mais camouflable sous les vêtements a moins de retentissement sur le quotidien du sujet qu'un psoriasis atteignant les zones visibles (dos des mains, ongles, visage, desquamation du cuir chevelu) ou les zones entraînant une gêne fonctionnelle (plantes des pieds ou paumes des mains avec crevasses, pulpite des doigts, onychodystrophie, organes…