Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Kétamine*: risque d'atteintes uro-néphrologiques, endocriniennes et hépatiques graves lors d'utilisations prolongées et/ou à doses élevées
ANSM le 10-12-18

(Extraits de la lettre aux professionnels de santé de l'ANSM du 7 novembre 2018)

Dans des contextes d'utilisation prolongée et/ou répétée de kétamine (dont utilisation dans des indications hors-AMM) et en cas d'abus ou de mésusage les effets suivants ont été rapportés :
- atteintes uro-néphrologiques : hématurie, insuffisance rénale aiguë, cystite non infectieuse, cystite interstitielle (syndrome de la vessie douloureuse) et atteinte rénale liée à une obstruction haute (hydronéphrose) ;
- atteintes endocriniennes : augmentations de la cortisolémie ou de la prolactinémie ; un suivi biologique peut être nécessaire ;
- atteintes hépatiques, notamment cholestatiques de type cholangite, pouvant être sévères (ces atteintes ont parfois conduit à des transplantations hépatiques) ; l'arrêt du traitement doit être envisagé en cas de perturbation du bilan hépatique.
 

Dans ce cadre, il est rappelé de :
- respecter les posologies préconisées ;
- surveiller le bilan hépatique de façon rapprochée ;
- surveiller la cytologie urinaire et la fonction rénale de façon rapprochée ; la survenue d'hématurie constitue un symptôme d'appel pour le dépistage d'une atteinte du tractus urinaire ou d'un abus de kétamine.



* Les spécialités à base de kétamine sont indiquées comme agent anesthésique, seules ou en association avec d'autres anesthésiques. L'utilisation de la kétamine a été encadrée chez l'adulte dans une recommandation de l'ANSM de 2010 : - dans les douleurs réfractaires mixtes ; - lors de la réalisation de soins douloureux.







En savoir plus :

- Point d'information (ANSM) du 7 novembre 2018, cliquez ici.