Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Les deux formules du Levothyrox sont-elles bioéquivalentes?
Joël Coste, Xavier Bertagna, Mahmoud Zureik, Patrick Nicolas le 30-10-19

Levothyrox nouvelle formule et "non-bioéquivalence" : et si la raison scientifique finissait par l'emporter ?

La crise du Levothyrox consécutive au remplacement du médicament par une nouvelle formule dans des conditions jugées a posteriori extrêmement critiquables par les pouvoirs publics eux-mêmes suscite de nombreuses interrogations, dont l'une concerne l'étude de bioéquivalence qui a permis la substitution d'une formule à l'autre. À la suite de la publication dans La Revue du Praticien de l'article de Catherine Hill et Martin Schlumberger "Les deux formules de Levothyrox ne sont pas bioéquivalentes" (Rev Prat 2019;69[5]:559-601), nous avons reçu deux réponses que nous publions ci-dessous suivies de celle des auteurs.

L'article de Hill et Schlumberger "Les deux formules de Levothyrox ne sont pas bioéquivalentes", publié dans La Revue du Praticien en juin 2019, s'appuie sur la publication des Toulousains Concordet et al. parue dans la revue Clinical Pharmacokinetics en avril 2019, pour titrer sans la moindre réserve que "les deux formules de Levothyrox ne sont pas bioéquivalentes" et ajouter que la "responsabilité directe du changement de formulation dans la survenue de signes et symptômes indésirables chez certains patients est donc extrêmement probable". La publication de Concordet et al. était plus ambiguë dans ses conclusions puisqu'elle ne suggérait qu'un possible lien entre l'épidémie d'effets indésirables rapportés en France et la mise sur le marché de la nouvelle formule du Levothyrox fin mars 2017, et soulignait surtout l'insuffisance de démonstration de la bioéquivalence entre ancienne et nouvelle formules. La grande presse française a immédiatement et très largement relayé cette publication, avant la parution dans la revue Clinical Pharmacokinetics du mois de mai 2019 de trois réponses provenant d'équipes différentes qui toutes – fait peu banal – soulignaient les biais de…