Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Nausées et vomissements induits par la chimiothérapie
Florian Scotté, Mathilde Chastenet, Pauline Leroy, Laure Aumont, Céline Goudiaby, Karine Legeay, Philippe Beuzeboc le 30-01-19

Mieux les prévenir et mieux les traiter pour améliorer la tolérance aux anticancéreux.

Les nausées et vomissements induits par les chimiothérapies sont une crainte fréquente des patients traités pour un cancer. Des nouveautés dans le domaine de la prévention antiémétique mais aussi des traitements curatifs (dits de secours) permettent une amélioration significative de la tolérance aux médicaments anticancéreux.
Les recommandations internationales relayées par les référentiels régionaux de l'Association francophone pour les soins oncologiques de support (AFSOS) sont disponibles et devraient être connues et utilisées afin d'optimiser la prévention et la prise en charge des nausées et vomissements chimio-induits.

Mieux les définir
Les nausées sont un symptôme très subjectif et dépendent de l'expression de chaque patient, et de l'interprétation de chaque praticien, médecin ou paramédical. Cette difficulté sémantique peut amener des défauts d'évaluation et une prise en charge non optimale. Les nausées peuvent être définies comme la sensation désagréable d'avoir envie de vomir, et sont souvent accompagnées de symptômes vagaux tels que pâleur, sueurs froides, sialorrhée, tachycardie et diarrhée. Les vomissements correspondent à l'expulsion par la bouche du contenu du tube digestif.
Il existe des variabilités dans le temps d'apparition de ces symptômes qui a une importance en termes de prise en charge :
- les nausées et vomissements aigus qui apparaissent dans les 24 premières heures qui suivent l'administration de la chimiothérapie ; leur prophylaxie repose sur l'administration, avant d'initier le traitement, d'antiémétiques actifs sur cette phase aiguë ;
- les nausées et vomissements retardés qui se déclenchent au moins 24 heures après la chimiothérapie et peuvent durer jusqu'à 7 jours et plus ; leur prophylaxie repose sur…