Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Nutri-Score : vers une victoire de la santé publique ?
Serge Hercberg, Pilar Galan, Chantal Julia le 28-02-19

Recommandé et plébiscité, le Nutri-Score, qui apparaît de plus en plus dans les rayons alimentaires, fait toujours l'objet d'une opposition très forte de grands groupes industriels agroalimentaires. Aux consommateurs de réagir en conséquence et aux professionnels de santé de les éclairer !

Il y a un peu plus d'un an, un arrêté interministériel signé par les ministres de la Santé, de l'Agriculture et de l'Économie reconnaissait le logo coloriel à 5 couleurs "Nutri-Score" comme le système d'information nutritionnelle officiel recommandé pour être apposé sur la face avant des emballages des aliments. Les objectifs d'une telle mesure sont de permettre aux consommateurs en un simple coup d'oeil de juger et de comparer la qualité nutritionnelle des aliments au moment de leur acte d'achat, et d'inciter les industriels à améliorer la composition nutritionnelle des aliments qu'ils produisent au travers de reformulations et d'innovations. La signature de cet arrêté, après l'aval de la Commission européenne, constituait l'épilogue d'une longue bataille de 4 années dans laquelle les travaux scientifiques et les dimensions de santé publique ont fini par l'emporter sur les puissants lobbys qui ont tenté vainement de bloquer puis de retarder la mise en place de cette mesure.
Alors que peut-on dire aujourd'hui, une année après l'adoption par la France du Nutri-Score ?

Nouveaux travaux favorables
D'abord la science a encore avancé, avec la publication en 2018 de nouveaux travaux confirmant l'intérêt du profil nutritionnel sous-tendant le système et l'efficacité du logo Nutri-Score lui-même. Une large étude épidémiologique portant sur la cohorte européenne EPIC (470 000 sujets dans 10 pays, 15 ans de suivi, 50 000 cancers validés) a démontré que les participants consommant en moyenne plus d'aliments correspondant à un Nutri-Score traduisant une qualité nutritionnelle moindre avaient un risque accru de 7 % de développer un cancer (comparaison entre les participants consommant des produits de moins bonne qualité nutritionnelle [quintile 5] et ceux consommant…