Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Pathologies des paupières
Adrien Coutu, Romain Joubert, Frédéric Chiambaretta le 23-07-18

Infectieuses, inflammatoires, allergiques, involutionnelles, elles sont nombreuses.

BLÉPHARITE : TRÈS FRÉQUENTE

C'est une inflammation des paupières qui s'accompagne d'une sécheresse oculaire plus ou moins intense se traduisant par une sensation de grain de sable ou de brûlure.
Si l'atteinte est postérieure, il s'agit d'un dysfonctionnement des glandes de Meibomius (glandes sébacées du bord libre palpébral), induisant un épaississement du meibum, constituant lipidique essentiel des larmes, et donc une instabilité du film lacrymal.
La blépharite peut également être antérieure, marquée par une inflammation du bord libre, avec des croûtes ou des squames à la base des cils. Chez certains patients, elle peut être mixte. Elle est souvent associée à des pathologies cutanées, notamment la rosacée et la dermite séborrhéique.
Le traitement repose sur les larmes artificielles de substitution à base de méthylcellulose, carbomère ou acide hyaluronique, ainsi que sur des soins locaux (massages quotidiens après réchauffement des paupières avec des compresses ou un masque chauffant).

ECZÉMAS : DE CONTACT OU ATOPIQUE ?
L'eczéma de contact est lié à une réaction allergique non IgE médiée. Les allergènes le plus souvent en cause sont les topiques oculaires (conservateurs des collyres, antibiotiques…) ou cutanés, les cosmétiques, les agents chimiques professionnels. Il se manifeste par un oedème palpébral, des vésicules qui s'excorient et suintent et se couvrent de croûtes, puis par un épaississement cutané avec sécheresse et desquamation ; une conjonctivite avec rougeur oculaire et sécrétions est associée si un topique oculaire est en cause. La prise en charge repose sur : éviction de l'allergène responsable, crèmes hydratantes palpébrales et rinçage oculaire pluriquotidien. Les dermocorticoïdes de classe 3 ou 4 peuvent être utilisés avec précaution.
La dermatite atopique évolue par poussées prurigineuses sur un fond chronique. La peau est…