Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Pharmacogénétique : l'iatrogénie n'est plus une fatalité
Marie-Anne Loriot le 30-11-19

Comment justifier a posteriori un accident toxique médicamenteux s'il existe des moyens de prévenir sa survenue ?

L'étude du génome humain a permis d'établir le lien entre les variations de séquence de l'ADN et la susceptibilité individuelle aux maladies mais également à l'exposition à des composés chimiques environnementaux désignés sous le terme général de xénobiotiques. De façon inattendue, l'analyse comparative des gènes de l'homme de Néandertal et de l'Homo sapiens actuel a mis en évidence l'origine ancestrale de ce lien. Ainsi les populations caucasiennes, ayant hérité d'une part plus importante du génome néandertalien par comparaison avec d'autres populations, sont plus sensibles à la toxicité de certains xénobiotiques. Dans un contexte thérapeutique, la pharmacogénétique étudie les mécanismes d'origine génétique intervenant dans la variabilité interindividuelle de la réponse aux médicaments. Elle vise à identifier les individus répondeurs et les non-répondeurs à un médicament donné, à dépister les individus à risque de survenue d'un événement indésirable et, enfin, à prévoir la dose la plus adaptée à chaque patient.
Un bref historique de la pharmacogénétique permet de rappeler que le philosophe grec Pythagore a rapporté au ive siècle avant J.-C. des cas d'intolérance aux fèves associés à des crises hémolytiques aiguës et qu'il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour que leur caractère héréditaire soit définitivement admis. La démonstration entre le déficit génétique en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD) et le favisme est publiée en 1956 dans la revue Blood par W. H. Crosby. Ce même déficit explique également la survenue de crises hémolytiques après la prise de primaquine (antipaludéen) et représente l'un des premiers exemples célèbres illustrant l'existence d'une prédisposition génétique aux effets indésirables des médicaments. Enfin, le terme de pharmacogénétique est utilisé pour la première fois en 1959 dans un journal allemand de…