Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Plasma : produit sanguin ou médicament ?
Rachid Djoudi le 12-06-18

Au-delà des différences qui apparaissent surtout réglementaires, c'est bien la question de la non-marchandisation du corps humain qui est en jeu.

Des progrès considérables ont été réalisés ces 15 dernières années pour améliorer la qualité et la sécurité transfusionnelle des produits sanguins. À tel point que des auteurs ont pu qualifier la transfusion sanguine de domaine "ultrasûr", comparable à l'aviation civile. Mais la médecine transfusionnelle, bien qu'essentielle, demeure fragile car elle repose sur l'engagement quotidien de milliers de donneurs de sang et sur des structures soumises à des défis permanents.

Le plasma, qu'il soit considéré comme un produit sanguin labile ou comme un médicament, a une origine unique : le sang humain. En France, la collecte de sang, qui relève depuis 2000 du monopole d'un établissement public (l'Établissement français du sang [EFS] et pour le versant militaire du Centre de transfusion sanguine des armées [CTSA]), répond à quatre principes éthiques : l'anonymat, le bénévolat, le volontariat et le non-profit. Ce socle éthique, amorcé en 1952 et définitivement consolidé en 1993, vise à éviter la marchandisation du corps humain, mais ces principes, particulièrement ceux de non-profit et de bénévolat, ne sont pas universels. Le plasma est un produit sanguin acellulaire obtenu à partir d'un prélèvement chez un donneur de sang. Après une qualification biologique systématique sur chaque don (notamment groupage sanguin et recherche sérologique/génomique d'agents pathogènes viraux, bactériens, parasitaires), le plasma est séparé des autres constituants du sang et peut être utilisé comme plasma thérapeutique direct ou subir un processus de transformation industrielle par fractionnement. Ce fractionnement à l'éthanol, processus industriel décrit par E. Cohn en 1940, est, en ce qui concerne le plasma collecté en France, de la compétence exclusive d'une société à capitaux publics, le Laboratoire français du fractionnement et des biotechnologies (LFB). Ce plasma permet de fabriquer des médicaments dérivés du sang par isolement de ces différents composants plasmatiques…