Prise en charge de la maladie de Parkinson : de la lune de miel aux fluctuations | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Prise en charge de la maladie de Parkinson : de la lune de miel aux fluctuations
Chloé Laurencin, Téodor Danaila, Stéphane Thobois le 23-05-18

Un traitement complexe et symptomatique mais qui peut assurer un contrôle longtemps.

La maladie de Parkinson est une des plus fréquentes affections neurodégénératives et représente la deuxième cause de handicap moteur du sujet âgé. Le traitement est rendu complexe par la grande variété des signes de la maladie à la fois moteurs et non moteurs. Le traitement, qui reste symptomatique, doit prendre en compte ces manifestations hétérogènes mais aussi les risques d'effets secondaires et enfin doit s'adapter à l'évolution de la maladie.

Traitements disponibles
Traitements médicamenteux
Lévodopa
La Lévodopa (L-Dopa) reste, depuis les années 1970, le plus prescrit et le plus efficace des traitements antiparkinsoniens. Les études randomisées montrent une amélioration des signes moteurs et de la qualité de vie de l'ordre de 40 à 50 % sous L-dopa contre 30 % sous agonistes dopaminergiques. La durée d'action de chaque prise de L-dopa dépend du stade de la maladie et a tendance à diminuer avec la durée d'évolution de la maladie, imposant de fractionner les prises (plus de 4 heures en début de maladie puis 3 heures ou moins au stade des fluctuations motrices). Une grande étude multicentrique a évalué trois différentes doses de L-dopa et a confirmé le bénéfice majeur observé sous L-dopa et son caractère dépendant de la dose. Cette étude a aussi montré que l'effet maximal de la L-dopa était noté après 24 semaines et que la survenue de dyskinésies était dépendante de la dose. Cela souligne le fait qu'il faut se donner du recul avant d'apprécier le…