Prise en charge des troubles psychotraumatiques | La Revue du Praticien
Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Prise en charge des troubles psychotraumatiques
Nathalie Prieto, Ludivine Nohales, Thomas Favard, Éric Cheucle le 30-01-18

Agir vite après le traumatisme pour limiter le risque de chronicité.

Le trouble de stress post-traumatique est un trouble mental se développant à la suite de l'exposition à un événement potentiellement traumatique. Il est défini selon la cinquième version du Manuel diagnostique et statistique et des troubles mentaux (DSM-5) par quatre types de symptômes : la reviviscence ou le syndrome intrusif, l'hypervigilance/hyperréactivité, l'évitement, les altérations négatives persistantes au plan cognitif et de l'humeur. On distingue l'état de stress aigu, forme clinique apparaissant du 3e au 30e jour de l'événement (phase post-immédiate), et le trouble de stress post-traumatique (PTSD en anglais) proprement dit, à partir du 30e jour de l'événement. Pour chaque sujet, le risque d'exposition à un événement potentiellement traumatique est fréquent, la prévalence vie entière du trouble de stress post-traumatique varie de 1,9 à 6,8 % selon les études, avec une importante comorbidité. Ce trouble peut être appréhendé par différentes approches nosographiques, en elles-mêmes non contradictoires. Au plan psychopathologique, la confrontation brutale au "réel de la mort", avec effroi et effraction, en est le déterminant essentiel. L'absence de maîtrise face au caractère imprévisible et menaçant de l'événement vient "chosifier" le sujet, altérer son sentiment d'appartenance ; la culpabilité représentant alors souvent le premier levier défensif face à cet effet de "déshumanisation". Au plan neuroscientifique, le conditionnement à la peur, réactionnel au stress et associé à une anormalité des réseaux cérébraux et à un encodage très particulier de la mémoire est un modèle très opérant. La prise en compte de ces éléments constitutifs du traumatisme est un enjeu préventif majeur pour éviter l'apparition et la chronicisation du trouble…