Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Prurit de la personne âgée
Laurent Misery le 29-12-17

Rechercher d'abord une cause dermatologique ou médicamenteuse.

Le prurit se définit comme une sensation déplaisante qui provoque le besoin de se gratter. Sa fréquence chez le sujet âgé (après 70 ans) est mal connue. Une étude turque montrait toutefois que le prurit était une cause d'hospitalisation dans 11,5 % des cas après 65 ans et dans 19,5 % des cas après 85 ans. Dans une étude américaine, les deux tiers des patients âgés en institution avaient un prurit.
Les causes d'un prurit chez une personne âgée sont multiples. On parle de prurit sénile lorsqu'en dehors du vieillissement aucune cause n'est identifiée.

Comment s'orienter ?
Le diagnostic de prurit sénile est un diagnostic d'élimination qui impose de rechercher (éventuellement à plusieurs reprises) par un examen soigneux de la peau et des autres organes une ou des causes à ce symptôme. L'interrogatoire est essentiel et doit rechercher d'éventuels facteurs déclenchants (stress, irritants...), préciser les conditions de sa survenue (sur un mode aigu, paroxystique ou chronique), sa chronologie (lors de la journée ou en fonction des périodes de l'année), le contexte associé (maladie, prise de médicaments et de toxiques), sa topographie et son extension, son association à des dysesthésies ou des paresthésies, ses liens avec les signes objectifs constatés (avant, pendant, ou après les signes cutanés) et s'il existe des facteurs aggravants (hypersudation, sport, bain, repas) ou calmants (froid, détente...). Le retentissement du prurit sur la qualité de vie et la vie psychique doit être évalué et il faut s'enquérir de l'existence ou non…