Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Quelle attitude face à un patient ayant un trouble somatoforme ?
Cédric Lemogne, Victor Pitron, Jean-Yves Rotgé, Frédéric Limosin, Pascal Cathébras le 10-03-19

Reconnaître le caractère pénible, invalidant et non volontaire des symptômes.

Aspects diagnostiquesBien que le diagnostic négatif, c'est-à-dire l'élimination d'une pathologie non psychiatrique responsable des symptômes du patient, préoccupe légitimement le praticien, on aura soin de mener de front démarche diagnostique négative et positive, en recherchant notamment les critères diagnostiques d'un trouble somatoforme et surtout ses éventuels facteurs d'entretien. Le temps dévolu à l'écoute initiale de l'histoire singulière et des représentations du patient précédera notamment l'exploration proactive de ses symptômes et témoignera de l'empathie du praticien.

Diagnostic positif
La présence de symptômes physiques sans explication lésionnelle a longtemps défini négativement les troubles somatoformes. Les classifications de l'American Psychiatric Association et de l'Organisation mondiale de la santé ont désormais abandonné ce terme, lui préférant ceux de "trouble à symptomatologie somatique" et de "bodily distress disorder" (v. p. 195). Le "trouble à symptomatologie somatique" est positivement défini par la présence de pensées, d'émotions ou de comportements jugés excessifs ou inappropriés, à l'origine d'un retentissement fonctionnel ou d'une souffrance subjective et accompagnant des symptômes physiques qui peuvent être ou non rattachés à une cause lésionnelle identifiée. Il est en effet fréquent que ces troubles résultent en partie d'une focalisation de l'attention sur des sensations corporelles autrefois jugées banales mais devenues inquiétantes à la faveur d'un antécédent médical (p. ex. syndrome coronaire aigu aiguisant l'attention portée à toute manifestation cardiorespiratoire). Au-delà des symptômes physiques, le fonctionnement cognitif peut également faire l'objet d'une scrutation vigilante (p. ex. crainte d'avoir une maladie d'Alzheimer). Si les symptômes physiques ne sont pas en eux-mêmes pénibles ou…