Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Trouble de l'érection
François-Xavier Madec, Shahed Borojeni le 30-11-19

ITEM 122

OBJECTIFS :
ARGUMENTER les principales hypothèses diagnostiques,
JUSTIFIER les examens complémentaires pertinents.
CITER les moyens thérapeutiques (voir item n° 326).

Dysfonction érectile
Rappel anatomique et physiologie de l'érection
La verge est composée de 3 corps érectiles, 2 corps caverneux et 1 corps spongieux qui se termine par le gland. Ils comportent un réseau de fibres musculaires lisses délimitant des espaces vasculaires (espaces sinusoïdes) tapissés d'un revêtement endothélial. Ils sont entourés d'une enveloppe peu extensible : l'albuginée.
L'innervation du pénis est de 2 types : végétative et somatique.
Le système végétatif est composé de fibres parasympathiques, et non adrénergiques et non cholinergiques (NANC) représenté par les nerfs caverneux d'origine sacrée S2-S4 et de fibres sympathiques d'origine thoraco-lombaire, représentées par le nerf splanchnique. L'innervation somatique pudendale est sensitive et transmet les informations issues du gland par le nerf dorsal du pénis.
Mécanisme de l'érection : la stimulation (psychique, sensorielle ou physique) va activer une commande nerveuse centrale involontaire qui met en jeu de nombreux médiateurs (dopamine, sérotonine, peptides opioïdes, ocytocine). Cette commande est relayée par des mécanismes périphériques spinaux et hormonaux générant une inhibition du système sympathique et une stimulation du système parasympathique. L'activation des fibres NANC va produire de l'oxyde nitrique (NO). Le NO diffuse dans les cellules musculaires lisses et va transformer la guanosine triphosphate (GTP) en guanosine monophosphate cyclique (GMPc). Les fibres musculaires lisses se relâchent, les espaces sinusoïdes s'ouvrent, ce qui assure leur remplissage sanguin, à la manière d'une…