Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Troubles à symptomatologie somatique de l'enfant
Hugo Peyre, Marie Viorrain le 10-10-18

Pédopsychiatrie. Les troubles somatoformes sont fréquents chez l'enfant et souvent transitoires, mais ils peuvent être responsables d'un retentissement majeur justifiant une prise en charge adaptée et une information claire de l'enfant et de ses parents.

Quelle définition ?
Il est habituel de distinguer les pathologies somatiques et somatoformes (actuellement nommées troubles à symptomatologie somatique, traduction de somatic symptom disorder de la 5e version du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), car ces dernières n'auraient pas de "substrat organique" ou ne seraient pas "associées à des anomalies structurelles". Sans aborder les problèmes logiques et théoriques posés par cette distinction (qui est bien utile dans la pratique clinique), il est néanmoins important d'indiquer que de nombreux travaux de recherche ont rapporté des dysfonctionnements cérébraux chez les patients ayant un trouble à symptomatologie somatique.
Les symptômes somatoformes sont très fréquents et transitoires chez l'enfant. Les plus fréquents sont les douleurs abdominales, les céphalées et la fatigue. Quand ces symptômes provoquent une incapacité et/ou un handicap dans la vie de l'enfant, ils constituent un trouble à symptomatologie somatique. Dans les cas où ces symptômes sont manifestés intentionnellement par l'enfant, on se situe dans un trouble factice.

Diversité des troubles à symptomatologie somatique
Les troubles à symptomatologie somatique peuvent se manifester par des symptômes et des signes cliniques affectant la plupart des fonctions physiologiques (déficits sensoriels, douleurs abdominales chroniques, pseudo-crises d'asthme, palpitations inexpliquées, etc.) et concernent donc l'ensemble des spécialités médicales. Parmi les symptômes somatoformes, il est important de déterminer si la douleur est prédominante. Les manifestations exclusivement neurologiques sont nommées troubles de conversion (par exemple, les crises non épileptiques psychogènes). D'autres entités peuvent…