Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Tumeurs de la cavité buccale, naso-sinusiennes et du cavum, et des voies aérodigestives supérieures
Sébastien Vergez, Agnès Dupret-Bories, Benjamin Vairel, Guillaume de Bonnecaze le 29-12-17

ITEM 295

OBJECTIFS :
DIAGNOSTIQUER une tumeur de la cavité buccale, naso-sinusienne ou du cavum, ou des voies aérodigestives supérieures.

Cancers buccaux, oropharyngés, hypopharyngés et laryngés
Épidémiologie, facteurs de risque et histoire de la maladie
Les cancers buccaux et pharyngo-laryngés représentent environ 10 % de l'ensemble des tumeurs malignes. C'est le 5e cancer chez l'homme en terme de fréquence. Son incidence augmente progressivement pour le sexe féminin tandis qu'elle diminue pour le sexe masculin. La prédominance masculine demeure avec une incidence en France pour l'année 2015 de respectivement : 8 010 cancers buccaux et pharyngés, 2 611 cancers laryngés chez des hommes pour 3 600 et 485 chez des femmes. Le principal facteur de risque est représenté par les intoxications alcoolique et tabagique. Chacun constitue un puissant oncogène pour ces localisations. L'habituelle association des deux intoxications joue un rôle synergique sur la survenue de cancers de la bouche et de la gorge et facilite la survenue de tumeurs synchrones voire métachrones (deuxièmes cancers présents au moment du diagnostic ou au décours). L'implication du papillomavirus humain (HPV) [16/18] est démontrée dans la survenue de cancers oropharyngés, concerné dans près de 50 % de ces localisations oropharyngés aux États-Unis et en Europe du Nord, plutôt 25 % en France.
L'histologie principale est le carcinome épidermoïde.
Ces cancers ont la particularité d'être lymphophiles et sujets aux localisations multiples. Donc dès la consultation initiale, lors du bilan d'extension endoscopique et tomodensitométrique ainsi que dans…