Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Valvulopathies
Jennifer Cautela, Franck Thuny le 30-11-19

ITEM 231

OBJECTIFS :
DIAGNOSTIQUER une insuffisance mitrale, un rétrécissement aortique, une insuffisance aortique.
ARGUMENTER l'attitude thérapeutique
et PLANIFIER le suivi du patient.
CONNAÎTRE les principes de suivi des patients avec prothèses valvulaires.

Le terme "valvulopathies" décrit le dysfonctionnement des valves cardiaques, soit par défaut de fermeture, que l'on appelle alors "insuffisance", soit par défaut d'ouverture, que l'on appelle alors "sténose ou rétrécissement". Les 4 valves peuvent être concernées, les valves gauches (mitrale et aortique), et les valves droites (tricuspide et pulmonaire). Ici ne sont traités que le rétrécissement aortique (RAo), l'insuffisance aortique (IA) et l'insuffisance mitrale (IM).
Le tableau 1 résume les caractéristiques principales de ces trois valvulopathies, le tableau 2 les questions qu'il faut toujours se poser devant une valvulopathie.

Rétrécissement aortique
Définition
La sténose valvulaire aortique (ou rétrécissement aortique) correspond à une obstruction à l'éjection ventriculaire gauche, située au niveau de la valve aortique. Il peut exister des obstructions à l'éjection systolique ventriculaire gauche d'origine non valvulaire (sous- ou supra-aortique ou au cours des cardiomyopathies hypertrophiques obstructives), mais cela ne correspond pas à un rétrécissement aortique et ne sera pas traité ici. Il s'agit de la valvulopathie la plus fréquente. En cas d'association avec une insuffisance aortique, on parle de maladie valvulaire aortique.

Étiologie
Le rétrécissement aortique sur valve native est pratiquement toujours une valvulopathie…