Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Yves Kossovsky. Pour une filière de soins spécifique aux soignants
Serge Cannasse le 28-02-19

Psychiatre libéral, il est responsable de l'unité de soins aux professionnels de santé de la clinique de Châtillon (Ain) et coordonnateur de l'hôpital de jour PsyPro-Lyon, membre de la coordination nationale des USPS et de l'association SPS (Soins aux professionnels de santé).

Pourquoi vous être intéressé à la santé des soignants ?
Ça n'a pas été vraiment un choix ! Mon père et mon oncle, tous deux médecins, m'ont encouragé dès mon internat à écrire aux médecins généralistes, ce que je me suis appliqué à faire. Une fois installé comme psychiatre en libéral, j'ai également correspondu avec les médecins du travail. Cela m'a fait gagner la confiance de tous ces praticiens puisqu'ils m'ont d'abord adressé des patients, puis des membres de leur famille et enfin euxmêmes. J'ai ainsi constitué une patientèle de médecins et d'autres soignants, par le bouche-à-oreille. Petit à petit, j'ai réalisé que leurs pathologies étaient fortement influencées par leur travail et que nous étions de plus en plus nombreux à le constater. Travaillant avec le service des maladies professionnelles de l'hôpital Lyon-Sud, j'ai repéré de nombreux points communs entre la problématique des soignants et celle des salariés du tertiaire. À la même époque, d'anciennes associations d'aide aux médecins ont acquis une certaine notoriété et d'autres se sont créées. Je travaille avec ou au sein de certaines d'entre elles.

Quelle est cette problématique commune aux métiers du tertiaire et du soin ?
Herbert Freudenberger, un des premiers à avoir décrit le syndrome d'épuisement professionnel, l'associait à la déception due à la réalité du travail succédant à un enthousiasme initial idéaliste. Cela reste vrai, mais avec d'autres, notamment Jean-Pierre Tell à Lyon, j'ai constaté que la souffrance des soignants se focalisait souvent sur les contraintes administratives. Non pas qu'il y en ait beaucoup plus qu'autrefois, mais elles ne sont plus les mêmes. Cela a commencé avec l'obligation d'être conforme aux référentiels, dont le non-respect doit être argumenté. Ça a continué avec…