Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Histoire de la médecine
1879, Ernest Besnier invente le mot «biopsie»
Christian Nezelof, Jean-Marc Guinebretière le 30-11-06

«Mot nouveau pour désigner une chose nouvelle», ce néologisme (bio: vie; opsis: regarder) eut une telle fortune qu’on en a oublié son inventeur…

Il est des termes dont l’usage est si commun qu’ils donnent à penser qu’ils ont toujours existé et ont puisé leur origine dans un très lointain passé. Biopsie est une de ces dénominations. Or, contrairement aux termes d’autopsie ou de nécropsie, celui de biopsie n’a pas reçu la patine du temps. Il ne figure même pas dans le Dictionnaire de la langue française, édité en 1873 par notre collègue Émile Littré.
Biopsie est un néologisme créé de toute pièce, en 1879, par Ernest Besnier (1831-1909), dermatologue de l’hôpital Saint-Louis (Paris) [fig. 1]. Plus précisément, cette invention date du 10 octobre 1879 dans un article consacré à une obscure dermatose, «la dégénérescence colloïde du derme», paru dans la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie.
En pleine conscience de nouveauté, Besnier y écrit: «Non seulement les altérations cutanées (de la dégénérescence colloïde du derme) ont pu être étudiées d’une manière définitive dans une série de nécropsies, mais on a pu éclairer sur le vivant un grand nombre de points en faisant l’examen de lambeaux de téguments ou fragments de tissu malades. Il y a dans ce dernier mode d’investigation, véritable biopsie (un mot nouveau que nous proposons pour désigner une chose nouvelle), un procédé régulier de diagnostic clinique, dont l’importance est considérable. Il suffit le plus ordinairement de très petits fragments de peau ou de tissu enlevés à la lancette par une main expérimentée pour obtenir les résultats histologiques les plus incontestables et les plus complets.»
En quelques phrases, tout est dit: le but, les moyens, la désignation de la méthode d’investigation ainsi que le caractère «vivant» du prélèvement et les perspectives diagnostiques ouvertes par cette nouvelle démarche. En quelques années, the biopsy, die biopsie, la biopsia (avec conservation du genre féminin) consacrèrent en anglais, en allemand et en espagnol son audience internationale.