Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Histoire de la médecine
La séparation de Doodica et Radica
Thierry Lefebvre le 15-12-05

Popularisés par les Chinois Chang et Eng Bunker (1811-1874), vedettes du Barnum, les jumeaux siamois suscitèrent l’intérêt médical à la fin du XIXe siècle. En 1900, le Brésilien Edouardo Chapot-Prévost séparait 2 jumelles de 7 ans : l’une décéda immédiatement, l’autre survécut près de un an. L’intervention n’allait pas tarder à être rééditée en France par le célèbre Dr Doyen, qui plus est devant une caméra…

Àla fin 1901, le cirque américain Barnum & Bailey – « the Greatest Show on Earth » comme aimaient à le proclamer ses propriétaires – s’installa à Paris dans la Galerie des Machines. Le succès fut considérable: « personne ne mettra en doute que l’arrivée parmi nous de cette gigantesque entreprise a été le signal d’un véritable réveil dans le monde des amusements publics », pouvait-on lire par exemple dans Le Figaro du 6 février 1902.
Chaque jour, les portes s’ouvraient une heure avant la représentation, pour permettre la visite des écuries et des ménageries, ainsi que de la célèbre exhibition des « phénomènes humains ». Là, aux côtés de dizaines de « monstres » plus étranges les uns que les autres, les deux soeurs xiphopages Doodica et Radica créaient la sensation.Âgées de 12 ans, reliées par une membrane volumineuse au niveau de la région xiphoïde, « parfaitement formées sous tous les rapports » et, qui plus est, polyglottes, ces jeunes filles « aux traits impeccables » étaient natives d’Arissa (Indes anglaises) et avaient été vendues, une dizaine d’années auparavant, par leur père Kitro Neik à un impresario de passage.