Espace abonné | connectez-vous
Image mystérieuse
Cliquez pour vous tester
A quoi pensez-vous ?

Photothèques
Sommaires de la revue du praticien
oxygène
Histoire de la médecine
Un dopage d'État
Jean Deleuze le 20-09-18

Livre. L'extase totale. Le IIIe Reich, les Allemands et la drogue, par Norman Ohler, La Découverte/Poche, Paris, 2018, 280 pages, 12 €.

La réédition de ce livre, très commenté à sa parution, permet de revenir sur un aspect méconnu du IIIe Reich : l'ampleur de la toxicomanie qui sévissait à tous les échelons du régime nazi.
Produites par sa puissante industrie chimique et pharmaceutique, cocaïne et héroïne étaient abondantes dans l'Allemagne d'avant-guerre. Les nazis en firent un des symboles de la dégénérescence du pays après la défaite de 1918 et le très honni traité de Versailles. Dès leur arrivée au pouvoir, ils entreprirent d'éliminer physiquement les personnes dépendantes. Idéologiquement la lutte contre la drogue avait pour but de protéger la pureté de la race aryenne mise à mal par ceux qui voulaient la corrompre, c'est-à-dire les juifs. Un combat mené sous l'égide d'un führer, exemplaire par son style de vie frugal, végétarien et détestant le tabac et l'alcool (ce qui n'était pas le cas de Göring, grand consommateur de cocaïne et de morphine).

Pervitine
Mais cela cachait un dopage d'État. Lorsque la France et le Royaume-Uni déclarèrent la guerre à l'Allemagne après l'invasion de la Pologne, les Allemands prirent conscience de leur infériorité tant en nombre qu'en matériel. Ils firent le choix d'une attaque surprise et éclair en traversant le massif des Ardennes, ce qu'avaient exclu les Alliés. Mais pour faire vite, alors que le terrain difficile retardait troupes et blindés, la seule solution était de ne pas dormir. Cela fut rendu possible grâce à la…