Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a émis le 7 mai un avis relatif aux contacts entre un patient ayant eu des signes évocateurs de Covid-19, avec ou sans confirmation virologique par RT-PCR, et une personne malade du Covid-19.

 

Pour déterminer si une personne guérie doit être mise en quatorzaine et suivie en cas de contact, à distance de sa guérison, avec un patient ayant une infection à SARS-CoV-2 aiguë avérée, le HCSP a identifié deux situations, en fonction des résultats virologiques de la personne guérie au moment de l’épisode infectieux initial.

1. Si l’ARN viral est détecté

– Ne pas placer la personne en quatorzaine, car elle est considérée comme étant à risque négligeable d’être à nouveau infectée et de disséminer l’infection.

– Lui recommander de respecter les mesures barrières (gestes barrières, distance physique, hygiène des mains, port du masque).

2. Si l’ARN viral est non détecté

– Réaliser un diagnostic sérologique :

# en cas de résultat positif : ne pas placer la personne en quatorzaine ; lui recommander de respecter les mesures barrières ;

# en cas de résultat négatif : par précaution, placer la personne en quatorzaine.

3. Cas particulier des personnels de santé

Les soignants doivent avoir bénéficié d’un diagnostic par RT-PCR, en cas de symptômes évocateurs. Dans le cas contraire, ou en cas de RT-PCR antérieurement négative, une sérologie peut être pratiquée. Les mesures décrites dans les situations 1 et 2 s’appliquent sauf en cas de tensions particulières en ressources humaines en période de pic épidémique, en respectant les mesures barrières.

Pour télécharger l’avis

HCSP, Conduite à tenir en cas de contact d’une personne ayant des antécédents évocateurs de Covid-19 avec une personne malade du Covid-19, 12 mai 2020.

Laura Martin Agudelo, La Revue du Praticien

Figures et tableaux