Le 29 mars, la Société de pneumologie de langue française (SPLF) a émis des propositions concernant la prise en charge des malades atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) dans le contexte de l’épidémie du Covid-19. Des recommandations susceptibles d’évoluer à tout moment, en fonction de l’évolution des connaissances sur les spécificités de cette prise en charge, qui restent pour l’heure limitées.

 

La SPLF préconise en particulier de ne pas modifier le traitement inhalé de fond (y compris les corticoïdes inhalés), ni les modalités d’oxygénothérapie et de ventilation non invasive à domicile – dans le strict respect des gestes barrières, bien entendu, pour limiter le risque d’infection.

À cet égard, les recommandations du groupe d’assistance ventilatoire et oxygénothérapie aérosolthérapie concernant les appareillages respiratoires de domicile (ventilation non invasive et pression positive continue) d’un malade suspect ou porteur du virus s’appliquent à la BPCO et imposent une série de mesures pour éviter la diffusion du virus. Il en va de même des recommandations du groupe aérosolthérapie sur l’utilisation des nébuliseurs, à savoir qu’il faut leur préférer les inhalateurs prêts à l’emploi, comme les aérosols-doseurs pressurisés (pMDI) et aérosols-doseurs de poudre (DPI), en raison des risques inhérents au nébuliseur d’aérosoliser le SARS-CoV-2 dans l’air ambiant.

Ainsi, lorsqu’un patient BPCO a une infection Covid-19 :

– si l’utilisation de formes inhalées non nébulisées n’est pas possible et que des aérosols par nébulisation bêta2-agonistes et anticholinergiques doivent être utilisés, le soignant doit porter un masque FFP2 pendant la procédure et les 3 heures suivantes 

– utiliser l’oxygénothérapie pour maintenir une SpO2 > 90 % ;

– en cas de détresse respiratoire aiguë, réaliser des gaz du sang à la recherche d’une acidose hypercapnique, auquel cas l’adjonction à l’oxygénothérapie d’une ventilation non invasive doit être discutée après concertation avec l’équipe de réanimation ;

– si une ventilation non invasive est proposée, elle doit être réalisée avec un double circuit et masque sans fuite  pour éviter la propagation du virus;

– il n’y a pas d’indication d’utilisation systématique d’une corticothérapie systémique, mais c’est possible en cas de nécessité.

Lorsqu’un patient n’a pas d’infection Covid-19, le traitement d’une exacerbation de BPCO reste, en revanche, le même.

Pour en savoir plus, télécharger les recommandations :

SPLF, Propositions concernant la prise en charge des malades atteints de BPCO dans le contexte de l’épidémie du Covid-19, 29 mars 2020. 

L. M. A., La Revue du Praticien