Alors que les premiers résultats de l’essai clinique européen Discovery, qui a débuté en mars, devraient bientôt être publiés, l’espoir d’un traitement efficace chez les patients atteints de formes graves de Covid-19 semble définitivement écarté.
Après l’arrêt des inclusions dans le groupe sous hydroxychloroquine, c’est au tour des deux bras testant la combinaison lopinavir/ritonavir avec ou sans interféron bêta. 

 

Dans les essais cliniques Solidarity (essai international lancé par l’OMS) et Discovery (à l’échelle européenne), dont l’objectif était de tester l’efficacité et la sécurité de 4 traitements par rapport à des soins standards, chez des patients hospitalisés, le bras hydroxychloroquine a été suspendu. Cette décision s’est appuyée sur les données factuelles issues des essais, mais aussi sur les résultats de Recovery mené au Royaume-Uni.

En effet : aucune réduction de la mortalité par comparaison aux traitements standards.

Le constat semble le même pour les bras testant la combinaison lopinavir/ritonavir avec ou sans interféron. Les experts concluent à une absence d’efficacité sur la mortalité à 28 jours des malades hospitalisés par rapport à ceux sous traitement standard. 

Fait plus alarmant, des effets indésirables graves concernant la fonction rénale sont survenus plus fréquemment sous lopinavir/ritonavir, notamment en réanimation. Pour mémoire, l’essai britannique Recovery avait également arrêté cette combinaison antivirale pour absence d’efficacité.

Une communication sous forme de publications dans des journaux internationaux devrait prochainement en détailler les résultats. Compte-tenu de la nature adaptative de l’essai Solidarity et son essai « fille » européen Discovery, une réflexion est en cours sur l'évolution du protocole.

Alexandra Karsenty, La Revue du Praticien