La dépression caractérisée compte parmi les affections psychiatriques les plus fréquentes.1 Elle est marquée sur le plan clinique par un cortège de manifestations comprenant la tristesse et/ou l’anhédonie définie par une réduction du plaisir ressenti pour les activités agréables, s’accompagnant d’une perte de volonté, encore connue sous le terme d’aboulie, allant de pair avec les idées dépressives de dévalorisation, d’autodépréciation, de culpabilité, voire d’inutilité, d’indignité, ou d’incurabilité. D’autres symptômes sont classiquement présents, comme le ralentissement psychomoteur, les perturbations du sommeil prenant généralement la forme de réveils matinaux précoces, ou les modifications de l’appétit représentées fréquemment par une diminution de la sensation de faim avec une perte de poids, sans omettre la présence possible d’idées suicidaires sans ou avec plan précis pour se suicider.

Associés dans 60 % des cas

Au-delà de cette brève présentation générale de la dépression caractérisée qui constitue généralement le motif de consultation auprès des professionnels de santé, se pose la question centrale de la proximité clinique et thérapeutique avec l’anxiété, les symptômes anxieux en soulignant la possibilité de voir le trouble dépressif coexister avec les pathologies anxieuses elles-mêmes, dont le trouble panique avec agoraphobie, l’anxiété sociale ou le trouble anxiété généralisée. Il est en effet important de noter que la dépression caractérisée n’est une...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR