objectifs
Connaître les facteurs de risque, prévention, dépistage des troubles psychiques de l’enfant à la personne âgée.

Introduction

Avec le vieillissement de la population et le développement des sciences épidémiologiques, la maladie psychiatrique, longtemps inscrite dans le champ d’une clinique singulière, est aujourd’hui considérée par les autorités sanitaires comme une maladie chronique, invalidante, et responsable d’un handicap physique et psychique. Les politiques publiques font de la santé mentale un enjeu majeur.
La santé mentale est définie par l’OMS comme « un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté ».
En psychiatrie, les troubles psychiques recouvrent un panel de situations cliniques très diverses allant du mal-être jusqu’au trouble psychiatrique avéré (schizophrénie, trouble bipolaire, dépression). Connaître les facteurs de risque, la prévention et le dépistage des troubles psychiques de l’enfant à la personne âgée, c’est savoir cartographier les vulnérabilités psychiques propres à chaque tranche d’âge à partir des données épidémiologiques pour comprendre la logique qui sous-tend la mise en place des dispositifs de santé publique.

Base de l’épidémiologie en psychiatrie

Importance de l’épidémiologie en psychiatrie

L’épidémiologie est au cœur de la définition de la maladie psychiatrique. Aujourd’hui, ce n’est pas le modèle anatomo-clinique mais les résultats des grandes études épidémiologiques menées aux États-Unis (DSM)[1] ou en Europe (CIM 10) qui catégorisent les maladies psychiatriques.

Trois types d’épidémiologie

L’épidémiologie descriptive a pour but de décrire dans une population donnée l’importance d’un trouble via l’incidence et la prévalence.
L’épidémiologie analytique étudie le rôle de l’exposition à des facteurs de vulnérabilité psychique dans l’apparition d’un trouble psychiatrique.
L’épidémiologie d’intervention a pour but d’évaluer les différentes interventions thérapeutiques ou de prévention sur l’incidence, la prévalence ou le retentissement d’une maladie psychiatrique dans une population donnée.

Trois types de prévention

La prévention primaire concerne l’ensemble des actes qui visent à réduire les risques d’apparition de nouveaux cas d’incidence dans une population donnée. Elle comprend les actions générales de santé publique, comme les campagnes de prévention, l’éducation à la santé, l’amélioration de la qualité de vie et des conduites de travail des populations, la lutte contre l’isolement social, etc.
La prévention secondaire se situe à l’échelle individuelle et comprend les situations de dépistage précoce.
La prévention tertiaire s’adresse aux populations souffrant d’un trouble psychiatrique afin de diminuer le retentissement fonctionnel de ce trouble. Elle vise à diminuer le nombre d’hospitalisations par une meilleure organisation des soins, notamment en améliorant la conscience du trouble par l’éducation thérapeutique, en favorisant l’adaptation professionnelle des patients... l’ensemble de ces mesures s’inscrit...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR