objectifs
Évaluer l’impact de l’éducation thérapeutique sur le succès du traitement. Expliquer les facteurs améliorant l’observance médicamenteuse et non médicamenteuse lors de la prescription initiale et de la surveillance. Planifier un projet pédagogique individualisé pour un porteur de maladie chronique avec ou sans comorbidités en tenant compte de ses facteurs de risque (v. item 1).
Argumenter une prescription médicamenteuse et l’éducation associée en fonction des caractéristiques du patient, de ses comorbidités, de la polymédication éventuelle, et des nécessités d’observance. Expliquer à un malade les risques inhérents à une automédication.
Planifier avec un malade les modalités d’une automédication contrôlée.

Éducation thérapeutique

Définition et principes

Les maladies chroniques affectent près de 20 millions de personnes en France, un effectif en constante croissance.[1] Elles représentent un coût majeur de santé (hospitalisations, consultations médicales, consommation de médicaments, examens complémentaires, etc.).
L’éducation thérapeutique du patient consiste à aider les patients à acquérir ou à maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique.[2] L’objectif pour les professionnels de santé est d’être capables d’aider ces patients à acquérir la capacité de gérer leur traitement afin d’améliorer leur qualité de vie et de prévenir les complications résultant de leur maladie.
L’éducation thérapeutique est donc un processus continu, qui peut être proposé dès l’annonce du diagnostic de la maladie chronique ou à tout autre moment de la maladie. Selon le code de la santé publique, l’ensemble des professionnels de santé est concerné, en particulier médecins, infirmiers, diététiciens, masseurs-­kinésithérapeutes, pharmaciens, etc.
On notera que l’information est un phénomène descendant, incitatif, alors que l’éducation thérapeutique est un phénomène participatif, transversal.

Étapes de développement d’un programme éducatif

Le projet pédagogique est au cœur de la démarche d’éducation thérapeutique mise en place par la loi HPST (hôpital, patients, santé, territoires) en 2009. On distingue 4 étapes successives :
 

Élaborer un diagnostic éducatif

Le diagnostic éducatif est indispensable à la connaissance du patient et à la formulation ultérieure des compétences à acquérir. Les points clés à évaluer pour établir le diagnostic éducatif sont :

  • bilan médical de la maladie, de sa sévérité et des comorbidités associées ;
  • activités professionnelles du patient, intégration sociale ;
  • identification des besoins et attentes du patient ;
  • acceptation de la maladie, croyances et représentations de la maladie par le patient.

 

Définir un programme personnalisé d’éducation thérapeutique

Pour un patient, le projet pédagogique individualisé est l’ensemble des étapes permettant de l’aider à gérer au mieux sa maladie chronique. Les objectifs sont d’améliorer ses connaissances et ses compétences (capacités de décision, auto-soins, utilisation des médicaments) et, au final, son autonomie et sa qualité de vie.

 

 

 

Mise en œuvre des séances

Selon les besoins et préférences du patient, une première phase consiste à planifier les séances d’éducation thérapeutique par une sélection des contenus des séances, des méthodes et des techniques d’apprentissage.
D’un point de vue pratique, les séances sont individuelles, collectives, ou en alternance. La durée des séances est de 30 à 45 minutes chez l’adulte. Les séances collectives favorisent le partage d’expérience et rassemblent au minimum 3 personnes (au maximum 6 à 8 enfants, 8 à 10 adultes).
Les techniques et outils pour les séances d’éducation thérapeutique sont multiples :[3]

 

 

 

  • techniques pédagogiques : exposés interactifs, études de cas, tables rondes, simulations à partir de l’analyse d’une situation ou d’un carnet de surveillance, travaux pratiques, atelier, simulations de gestes et de techniques, activités sportives, jeux de rôle, témoignages documentaires ;
  • techniques de communication centrées sur le patient : écoute active, entretien motivationnel ;
  • outils divers : affiches, classeur-imagier, bandes audio ou vidéo, CD-roms, brochures, représentations d’objets de la vie courante, etc.

 

 

Réaliser une évaluation individuelle

Elle permet de faire le point avec le patient sur ce qu’il a compris, ce qu’il sait faire, comment il vit au quotidien avec sa maladie, ce qu’il lui reste éventuellement à acquérir afin de lui proposer une nouvelle offre d’éducation thérapeutique qui tienne compte des résultats de cette évaluation et de l’évolution de la maladie.

 

Impact sur le succès des traitements

Les compétences à développer chez les patients atteints de maladie chronique sont les suivantes :

  • les compétences de sécurité, visant à permettre au patient et à son entourage de savoir dépister et prendre en charge des situations à risque (hypoglycémie chez le diabétique, fièvre chez l’immunodéprimé) ;
  • les compétences d’auto-soins, à savoir les décisions prises avec l’intention de modifier l’effet de la maladie sur sa santé ;[4]
  • les compétences d’adaptation, définies comme les compétences personnelles et interpersonnelles, cognitives et physiques, qui permettent aux personnes de maîtriser et de diriger leur existence, et d’acquérir la capacité à vivre dans leur environnement et à modifier celui-ci. Elles font partie d’un ensemble plus large de compétences psychosociales.[5]

In fine, l’évaluation de l’impact de l’éducation thérapeutique s’effectue à plusieurs niveaux :

 

  • médical : amélioration de paramètres cliniques ou biologiques liés à la maladie, par exemples la fréquence des exacerbations d’asthme, l’HbA1c dans le diabète ;
  • autonomie et sécurité : réduction des effets indésirables des traitements, des rechutes et complications de la maladie, des recours aux urgences ou hospitalisations ;
  • comportemental : acquisition de compétences d’auto-soins, de sécurité ;
  • cognitif : amélioration des croyances erronées, des préjugés, des connaissances ;
  • global : amélioration de la qualité de vie, réalisation des projets.

 

Prescription médicamenteuse et éducation

 

Prescription médicale personnalisée

Le médecin a la liberté de...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR