objectifs
Diagnostiquer une grossesse extra-utérine.
Identifier les situations d'urgences et planifier leur prise en charge.
La grossesse extra-utérine, également appelée grossesse ectopique, est une grossesse développée en dehors de la cavité utérine. La présentation la plus fréquente est la grossesse tubaire, avec une nidation dans la trompe : dans sa partie ampullaire dans 70 % des cas, isthmique dans 20 % des cas, et plus occasionnellement pavillonnaire dans 5 % des cas.
Dans de rares cas, on peut assister à une nidation dans la partie interstitielle de la trompe (grossesse interstitielle), dans l’ovaire (grossesse ovarienne), dans l’abdomen (grossesse abdominale), dans le col de l’utérus (grossesse cervicale) ou sur une cicatrice de césarienne (fig. 1).
Le terme de grossesse ectopique est donc plus approprié que celui de grossesse extra-utérine étant donné la localisation de certaines grossesses ectopiques au niveau du col utérin, d’une cicatrice de césarienne ou de la portion interstitielle de la trompe qui sont des grossesses ectopiques intra-utérines mais extra- cavitaires. Le terme de grossesse ectopique sera donc utilisé par la suite.
L’incidence des grossesses ectopiques est en constante augmentation. Elle est estimée en France à 2 % des grossesses. Elle demeure la première cause de décès maternel au premier trimestre de grossesse.

Facteurs de risque

Physiologiquement, la fécondation a lieu dans le tiers distal de la trompe, puis l’œuf fécondé migre vers la cavité utérine où il entame sa nidation 7 jours après.
Les facteurs de risque de grossesse ectopique sont donc tous les facteurs altérant la motilité des cils de la trompe responsables du cheminement de l’œuf jusqu’à la cavité utérine.
Les infections génitales hautes incluent les salpingites, les endo­métrites et leurs complications. Les salpingites sont des infections sexuellement transmissibles. Le risque relatif de grossesse ectopique est de 6 en cas d’antécédent d’infection génitale haute et le germe le plus fréquemment en cause est Chlamydia trachomatis.
La relation causale entre tabac et grossesse ectopique est établie avec une relation dose-effet.
Les antécédents de chirurgie tubaire mais aussi abdomino­pelvienne à risque d’adhérences.
Les autres causes d’altération de la paroi tubaire : endométriose, tuber­culose, bilharziose, malformation utérine ou tubaire.
L’âge maternel élevé, notamment après 35 ans.
Certains types de contraception : microprogestatif, dispositif intra- utérin (risque relatif = 3).
La fécondation in vitro (des grossesses ectopiques surviennent dans 4,5 % des cas). Pour ces patientes, il faut penser aux grossesses hétérotopiques qui correspondent à la coexistence de deux grossesses simultanées : une grossesse intra-utérine et une grossesse ectopique.

Diagnostic

La grossesse extra-utérine est une urgence diagnostique et thérapeutique. Elle doit être suspectée chez toute femme en âge de procréer consultant pour des douleurs pelviennes associées à des métrorragies. Cet élément justifie la réalisation systématique de bêta-HCG urinaires chez toute femme en âge de procréer consultant pour des douleurs pelviennes.

Interrogatoire...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR