Le diagnostic clinique de l’hypertrophie bénigne de prostate n’est pas consensuel. Il associe l’augmentation du volume prostatique au toucher rectal, l’obstruction sous-vésicale et les symptômes du bas appareil urinaire. La terminologie de l’International Continence Society (ICS) n’emploie plus les termes de signes obstructifs ou irritatifs mais de symptômes urinaires du bas appareil de la phase de remplissage (urgenturie, pollakiurie, nycturie), symptômes urinaires du bas appareil de la phase mictionnelle (retard au démarrage, diminution de la force du jet, jet haché, poussée abdominale) et symptômes urinaires du bas appareil de la phase post-mictionnelle (gouttes retardataires, sensation de vidange incomplète).
Lorsque les...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR