Les néphropathies vasculaires regroupent un ensemble de pathologies chroniques ou aiguës ayant pour cible la vascularisation rénale macro- ou microscopique. Le tableau clinique associe souvent une hypertension artérielle, une insuffisance rénale et plus rarement (selon l’étiologie) une protéinurie pouvant être de rang modéré (< 1 g/24 h ou 0,1 g/mmol créatininurie).
La néphroangiosclérose bénigne (NAS) constitue la première cause d’insuffisance rénale chronique terminale en France, devant le diabète et les glomérulopathies. Elle est la conséquence rénale d’une hypertension artérielle ancienne mal équilibrée. Il s’agit d’un diagnostic d’élimination, et la biopsie rénale n’est pas nécessaire. Le traitement est surtout à visée néphroprotectrice pour ralentir le déclin de la fonction rénale, avec et par le contrôle de la pression artérielle et des facteurs de risque cardiovasculaire. La NAS doit faire rechercher l’atteinte...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR