objectifs
Chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents.

Introduction

Les palpitations sont une perception de battements cardiaques anormaux. C’est un trouble subjectif, témoignant ou non d’une anomalie cardiaque, dans tous les cas anxiogène. L’objectif est d’identifier les symptômes suspects d’un trouble du rythme cardiaque, et d’en évaluer la gravité, mais surtout d’essayer d’obtenir un tracé électrique concomitant des palpitations.
Le panel de gravité est très large : les palpitations peuvent être liées à de véritables troubles du rythme cardiaque, dont certains présentent un risque vital, ou peuvent simplement être psychosomatiques et traduire une anxiété excessive sans trouble du rythme à proprement parler.
Seule la caractérisation précise par un tracé électrocardiographique pendant les palpitations permettra de poser un diagnostic et de proposer le traitement adéquat.

Évaluation diagnostique initiale

Cette évaluation doit comprendre un interrogatoire détaillé, un examen physique et un électrocardiogramme (ECG).

Interrogatoire

Le diagnostic de palpitations repose sur l’interrogatoire, qui doit être minutieux et faire préciser ce que le patient entend sous le terme de palpitations. En effet, il peut s’agir de sensation de battements cardiaques perçus comme trop forts, ou trop rapides, irréguliers, ou encore une sensation de « ratés » (évocateurs d’extrasystoles, avec sensation de vide au moment de la période longue post-extrasystole).
Il est parfois utile de faire mimer la perception en demandant au patient de tapoter avec son doigt sur le bord d’une table.
L’objectif de cet interrogatoire est d’identifier les patients dont les palpitations sont suspectes d’être d’origine cardiaque.
Pour cela, il faut clarifier systématiquement les 3 points suivants.
 

Caractérisation de la symptomatologie

Ancienneté des troubles : les investigations déjà pratiquées et l’effet de traitements éventuels.
Début et fin des épisodes : brusque ou progressif. Des palpitations rapides à début et fin brutaux déclenchées par des changements de position évoquent une tachycardie jonctionnelle.
Circonstances de survenue : à l’effort ou pendant le repos, diurne ou nocturne, en situation d’hypertonie vagale (nuit, repos, période postprandiale) ou d’hyperadrénergie (effort, émotion), après la prise d’excitants (café, tabac, alcool) ou de privation de sommeil qui est un facteur déclenchant peu recherché mais très fréquent.
Durée et fréquence : afin d’orienter les investigations. En effet, si les palpitations sont permanentes et que l’ECG...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR