Dans cet article

Ce contenu est exclusivement réservé aux abonnés
Inflammation chronique aboutissant à une fibrose progressive du parenchyme pancréatique puis à sa destruction, suivie par une perte progressive des fonctions endocrines et exocrines (fig. 1).
Au moins un des critères suivants : – calculs pancréatiques, lésions au minimum modérées en wirsungographie rétrograde,
– stéatorrhée > 7 g/24 h – ou preuve histologique.
En pratique : diagnostic posé sur un faisceau d’arguments.
Pronostic :
– survie de 75 % à 10 ans et de 50 % à 20 ans ;
– mortalité surtout liée aux complications du diabète ou à l’alcoolo- tabagisme.

Plusieurs étiologies


Alcool : dans > 80 % des cas ; prédominance masculine (sex-ratio de 5 :1), âge moyen de début de la maladie : 40 ans (après environ 10-15 ans d’intoxication à raison de 100 g d’alcool/j).
Hypercalcémie : en général liée à une hyperparathyroïdie.
Forme tropicale : touchant des sujets jeunes vivant dans ces régions.
Causes génétiques : pancréatite héréditaire à transmission dominante ou récessive ; mucoviscidose.
Obstruction par une tumeur d’évolution lente de type intracanalaire papillaire et mucineuse du pancréas.
Séquelles d’un traumatisme abdominal, endoscopique ou chirurgical.
Post-radiothérapie : parfois de nombreuses années après l’irradiation.
Auto-immune ou associée à une MICI, une...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR