La sarcopénie affecte de 5 à 13 % des personnes âgées de 60 à 70 ans et jusqu’à 50 % des patients octogénaires. Le vieillissement entraîne un remodelage de l’unité motrice avec une perte prédominante des fibres musculaires rapides de type II associée à leur atrophie, ainsi qu’un processus d’infiltration graisseuse du tissu musculaire. Ce remodelage favorise la réduction de la masse musculaire, de la force et de la fonction musculaire qui sont nécessaires à des actions telles que se lever d’une chaise, monter des marches ou retrouver une posture après une perturbation de l’équilibre. Ces altérations musculaires, définissant la sarcopénie, sont donc fortement associées à un risque de chute, de survenue de fracture, d’altération de la qualité de vie, de perte d’indépendance et de mortalité précoce.
Le dépistage de la sarcopénie se fait lors de l’interrogatoire du patient exprimant des symptômes susceptibles d’être en...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR