Sébastien Wurtzer est virologue environnemental au département R&D (direction de la recherche, du développement et de la qualité de l’eau) d’Eau de Paris. Depuis le début de la pandémie, son équipe a mis en place un système de surveillance du SARS-CoV-2 dans les eaux usées. S’agit-il d’un indicateur fiable ? Interview exclusive de ce chercheur passionné sur les résultats de la surveillance…

 

Comment est née l’idée de suivre le SARS-CoV-2 dans les eaux usées ? 

Les eaux usées sont utilisées depuis une dizaine d’années pour chercher des agents chimiques, et notamment des drogues illicites. Depuis 2015, nous avons montré qu’en analysant les rejets des stations d’épuration, on pouvait détecter les épidémies de gastroentérite dans la population raccordée à ces réseaux d’assainissement. Lorsque les publications chinoises ont montré la présence du SARS-CoV-2 dans les selles des patients, nous avons tout de suite pensé à le rechercher dans les eaux usées, d’autant plus que de nombreux patients infectés par ce virus sont pré ou asymptomatiques (et donc difficiles à dépister). Nous nous sommes dit que, si tous les patients (symptomatiques ou non) produisaient du virus dans les selles,* on disposerait d’un indicateur...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Figures et tableaux