Réduction de la survenue de cancers chez les personnes pratiquant une activité physique, plus particulièrement ceux du côlon et du sein.1
Environ 3 000 nouveaux cas de cancers en France seraient liés à l’inactivité physique (données 2015).2
Cette baisse d’incidence grâce à l’activité physique serait due à une diminution de l’insulinorésistance, de l’inflammation chronique, de l’adiposité et des taux circulants d’estrogènes et à un renforcement de l’immunité. Des mécanismes d’action qui restent à élucider.

Réduction du risque de cancer du sein

De 12 à 25 % en fonction des études.3
Seuil d’efficacité : au moins 2 h 30 de marche rapide par semaine. Réponse proportionnelle à la durée de l’exercice physique.
Le plus efficace, une activité physique, de loisir particulièrement, tout au long de sa vie.
Effets sur la fatigue pendant et après les traitements :
– plainte fréquente au cours et décours de la prise en charge médicamenteuse, ressentie par 60 à 100 % des patientes ;
– l’efficacité de l’activité physique est maximale quand elle est pratiquée dès le début des traitements.4

Effets sur la qualité de vie

Pendant les traitements :
– en plus de la diminution de la fatigue, amélioration des symptômes dépressifs et de l’anxiété, des troubles du...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR