Dans une population vieillissante, à l’espérance de vie toujours plus longue, la prévalence de la maladie d’Alzheimer augmente. À l’échelle mondiale, le nombre de patients a plus que doublé depuis les années 1990 : il est actuellement de 44 millions.

L’âge est le principal facteur de risque de cette maladie, rare avant 60 ans. Sa prévalence double par classe d’âge de 5 ans après 65 ans (elle est évaluée à plus de 20 % après 85 ans). Paradoxalement, son incidence – soit le nombre de nouveaux cas par an par tranche d’âge donnée – diminue.

Pour mieux comprendre ce constat, il faut se pencher sur les facteurs de risque qui interviendraient dans les débuts de la maladie, soit 20 ans avant que les premiers signes de détérioration cognitive n’apparaissent. Ainsi, une meilleure prise en charge des facteurs de risque cardiovasculaire (et en particulier un abaissement de la pression artérielle), de même qu’une amélioration du niveau moyen d’éducation de la population pourraient être à l’origine de cette diminution !

Et si le combat contre l’Alzheimer commençait par la prévention primaire ? Quels sont les autres facteurs de risque identifiés dans cette pathologie ? 

C’est à lire dans notre dossier du mois de février, coordonné par le Pr Jacques Hugon et le Pr Joël Ménard.

 

Alexandra Karsenty, La Revue du Praticien