Cette dernière décennie a vu déferler les smartphones, dont le taux d’équipement a dépassé les 80 % en France. Les chiffres sont vertigineux : plus de la moitié d’entre eux sont équipés d’une « appli » santé (outre le classique compteur de pas), plus de 100 000 de ces applis sont disponibles, sans parler des objets connectés, type bracelets…, vendus à des dizaines de millions d’exemplaires.
La multiplication des capteurs et des possibilités de connexions impacte dès aujourd’hui nos pratiques de soins, mais la qualité des informations sur ce sujet nouveau est discutable, notamment lorsque les annonces promotionnelles prennent le dessus au détriment des évaluations.
Notons que la grande majorité des outils de e-santé n’a fait l’objet d’aucune validation clinique
Le syndrome d’apnées du sommeil (SAS) est, avec le diabète, un champ particuliè- rement propice, tant dans le diagnostic que dans le suivi. Mais dans ce domaine comme dans d’autres, il faut rester prudent et garder son esprit critique.

Télédépistage et télédiagnostic

L’accès aux moyens de détection du SAS a toujours été une question épineuse. La clinique étant peu ou pas discriminante, on a besoin de moyens de dépistage fiables, qui augmentent la probabilité pré-test, et d’outils diagnostiques plus simples que la polysomnographie complète réalisée en centre du sommeil.
À cet égard, citons un travail récent où l’on a pu discriminer des ronfleurs simples de patients atteints de SAS modeste, modéré et sévère, avec des sensibilité, spécificité et valeurs prédictives positives qui frôlent 1, via l’analyse de biomarqueurs acoustiques des bruits respiratoires et de techniques de deep learning (intelligence artificielle).
À terme il serait possible de dépister le SAS en utilisant son smartphone.
Dans une perspective plus proche, Massie et al. ont évalué un dispositif gros comme un bonbon, fixé au bout du doigt, qui, à partir du signal de SaO2 et de l’actimètre, rend un...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR