La blastocystose est l’infestation de l’intestin par un organisme : Blastocystis hominis. Les patients ont des troubles digestifs variés, mais sont-ils dus à ce protozoaire ou à une autre cause ?

Protozoaire à part

Les Blastocystis hominis sont des eucaryotes anaérobies du tube digestif de l’homme et de divers animaux (mammifères, reptiles, oiseaux, batraciens…). Décrit en 1911 par E. Brumpt, comme une forme kystique de Trichomonas intestinalis, il a ensuite été classé dans les levures puis comme un protozoaire unicellulaire et placé parmi les straménopiles (incluant algues, diatomées et oomycètes).
Récemment, la biologie moléculaire a révélé plusieurs espèces morphologiquement semblables (famille des Blastocystidae), désignées par des sous-types ST. Parmi les 17 actuellement identifiés, les ST1 à 9 (surtout ST3 et ST4) sont retrouvés chez l’homme, avec des variations de prévalence selon les régions, ST6 et 7 chez les oiseaux, ST10 chez les bovins (tableau 1).1 En Afrique subsaharienne, les sous-types ST3 et ST1 sont prédominants.2
Quatre aspects sont décrits : le kyste, forme de transmission, résistant 1 mois dans l’environnement,3 la vacuole qui se divise et redonne des kystes, et les formes granulaires et amiboïdes plus rares et observées surtout en culture (tableau 2).4 Sa prévalence va de 0,5 % au Japon à 60 % en Malaisie et atteint 100 % au...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR