Quelques jours après l’administration du vaccin Moderna, certains patients ont une réaction allergique localisée retardée, appelée « Bras Covid ». De quoi s’agit-il ? Les personnes concernées peuvent-elles recevoir une 2e dose de ce même vaccin ?

 

Au fur et à mesure que la campagne de vaccination progresse, les professionnels de santé doivent reconnaître les effets indésirables liés à ces nouveaux vaccins.

Certains patients développent des réactions cutanées localisées retardées, quelques jours après injection du vaccin Moderna, qui ont été appelées « Bras Covid ». Pour évaluer leurs caractéristiques cliniques et histopathologiques, ainsi que leur délai d’apparition après la 1ère et 2e dose de vaccin, une étude rétrospective de séries de cas a été réalisée à l’hôpital Yale New Haven de New Haven, Connecticut.

Parmi les 16 patients (âge médian : 38 ans [25-89] ; 13 femmes [81 %]) recrutés entre le 20 janvier et le 12 février 2021, un seul avait signalé une réaction localisée lors d’une vaccination antérieure (réaction légère à un vaccin antigrippal) ; 15 ont eu des réactions cutanées localisées après la première dose de Moderna ; 1 patient après la deuxième. Ces réactions érythémateuses, prurigineuses et douloureuses sont apparues près du site d'injection environ 7 jours (de 2 à 12 jours) après l’administration du vaccin. Les plaques roses, œdémateuses ou indurées, étaient généralement homogènes, parfois annulaires. Elles ont été traitées par stéroïdes topiques, antihistaminiques oraux et application de compresses fraîches ; 1 patient a reçu de la céphalexine pour une suspicion de cellulite. Les réactions persistaient en moyenne 5 jours (de 1 à 21 jours).

Parmi les 15 patients ayant eu une réaction après la première dose, 11 ont eu également une réaction à la deuxième injection, environ 2 (0-5) jours après. Chez la grande majorité de ces patients (10 cas parmi les 11), ces réactions étaient cliniquement similaires à celles observées après la 1ère dose mais sont apparues plus tôt, après une durée médiane de 2 jours. L’analyse histologique des biopsies cutanées a montré un léger infiltrat mixte interstitiel principalement périvasculaire et focal avec des lymphocytes et des éosinophiles, correspondant à une réaction d’hypersensibilité cutanée de type retardé.

Ces réactions retardées (caractérisées par érythème, prurit, induration, sensibilité au site d'injection) sont très différentes de la douleur, rougeur et gonflement locaux observés en moyenne 1 jour après chaque dose et se résolvant en 2 à 3 jours (v. figure ci-dessous).

Ces observations confirment les données d’une étude récente publiée dans le NEJM décrivant 12 réactions cutanées localisées retardées au vaccin Moderna. 

Le composant du vaccin en cause n’est pas connu, mais le polyéthylène glycol, impliqué dans certaines réactions d’hypersensibilité immédiate, pourrait jouer un rôle aussi dans ces cas.

Dans cette étude, la plupart des patients étaient des femmes (13 sur 16), mais on ne peut pas conclure si cette population est plus concernée ou s’il s’agit d’un biais de recrutement, les femmes étant plus susceptibles de signaler des symptômes ou de consulter un médecin pour de telles réactions.

Ces réactions cutanées surviennent près du site d’injection et sont bénignes et spontanément résolutives. Les professionnels de santé doivent savoir les reconnaître et les distinguer des réactions d’hypersensibilité de type immédiat (qui surviennent dans les 4 heures après injection) et de la cellulite. La conduite à tenir est en effet différente. Les patients qui ont des réactions d’hypersensibilité immédiate, y compris de l’urticaire, dans les 4 heures post-vaccination, doivent consulter un allergologue avant la deuxième dose.

En revanche, les réactions d’hypersensibilité localisée retardée – apparaissant en moyenne 7 jours après la première dose de vaccin et 2 jours après la deuxième – ne sont pas une contre-indication à la vaccination ultérieure.

Figure

Source : Johnston MS, Galan A, Watsky KL, et al. JAMA Dermatology, 12 mai 2021.

Cinzia Nobile, La Revue du Praticien

Pour en savoir plus :

Johnston MS, Galan A, Watsky KL, et al. Delayed Localized Hypersensitivity Reactions to the Moderna COVID-19 Vaccine. A Case Series. JAMA Dermatology 12 mai 2021.

Blumenthal KG, Freeman EE, Saff RR, et al. Delayed Large Local Reactions to mRNA-1273 Vaccine against SARS-CoV-2. NEJM 2021;384:1273-1277.

Figures et tableaux