La maladie lithiasique est responsable de la formation de calculs dans les cavités urinaires par la cristallisation de substances en concentration excessive dans les urines.
Prévalence estimée à 10 %, en particulier hommes de 35-40 ans.
Récidive fréquente après traitement urologique :
– 50 % à 5 ans ;
– 75 % à 10 ans en l’absence de prise en charge étiologique ;
– < 10 % si traitée.
Facteurs de risque : syndrome métabolique, diabète, antécédents familiaux (40 % des cas).
Composition du calcul : primordiale, car contribue au diagnostic étiologique : oxalate de calcium (70 % des cas) ;
phosphate de calcium (15 %) ; acide urique : (10 %) ; phosphate ammoniaco-magnésien, cystine : plus rares.

Révélation bruyante : colique néphrétique

Traduit le passage d’un calcul dans l’uretère. Parfois asymptomatique et découvert fortuitement : ASP, bilan d’insuffisance rénale ou échographie rénovésicale.
Syndrome douloureux aigu lombo-abdominal : douleur unilatérale, brutale et intense, irradiation antérieure et descendante (fosse iliaque et organes génitaux externes). Parfois associés : pollakiurie, brûlures mictionnelles, hématurie, nausées et vomissements, agitation et anxiété.
Palpation et percussion de la fosse iliaque douloureuses (les 2 côtés peuvent être symptomatiques indifféremment) sans défense abdominale.
Bandelette urinaire : hématurie microscopique dans...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Sur le même thème